MOUVEMENTS GRAVITAIRES : CAS DE LA REGION DE SKIKDA

R AIT KAKI, A BOUREFIS, C BENABBES, A KARBOUA

Résumé


Le développement et la croissance urbaine des villes Nord algériennes se trouvent confrontés aux choix des sites aptes à la construction. En effet, la majeure partie du tissu urbain est située dans des zones potentiellement vulnérables (zone orogénique à géologie complexe et à tectonique active) ce qui expose ces agglomérations à différents risques naturels et  constitue un frein à leurs extensions. La ville de Skikda est un exemple à part entière où l’aléa mouvement gravitaire, couplé à la vulnérabilité du terrain et aux enjeux socio-économique fait que le risque sur la population et  sur les infrastructures soit considérable.  L’objectif de notre travail est de cerné sur le plan morphologique, hydrographique, lithologique, structural, géodynamique l’environnement géologique d’avènement des mouvements gravitaires observés à Skikda, notre méthodologie s’est basée sur  une analyse cartographique et minéralogique ainsi que sur les observations recueillies sur terrain. Cette étude montre que les mouvements gravitaires observés sur les versants de Skikda ne sont pas associés seulement  à la pluviométrie, qui souvent était incriminée dans divers désordres, en effet ce facteur ne peut générer à lui seul toute la panoplie d’instabilités qui y sont notées « éboulements, glissements, basculements rocheux, subsidences, effondrements, escarpements…etc. » ; ces manifestations sont liées à l’ancienneté géologique du terrain, aux fractures dues à sa décompression, à sa nature lithologique sensible à l’érosion, à la structure des roches, à la morphologie (relation pente schistosité) ainsi qu’au contexte géodynamique du site. Les indices d’une néotectonique actuelle comme la subsidence des plaines de Skikda, les éboulements récurrents de Stora ou encore les enregistrements d’une activité sismique récente attestent que la néotectonique, à l’instar d’autres facteurs, joue un rôle dans l’accentuation et/ou le déclenchement des instabilités. La responsabilité de  l’activité humaine dans la déstabilisation des versants n’est pas négligeable, en effet l’urbanisation qui n’est pas basée sur des documents scientifiques fiables augmente le risque encouru par la population et les infrastructures.


Mots-clés


Algérie Nord-orientale ; Skikda ; Vulnérabilité ; enjeux ; Géorisques ; Cartographie

Texte intégral :

PDF

Références


Bouillin J.P. (1977) - Geologie alpine de la petite kabylie dans les régions de Collo et d’El Milia. Thèse d’état, Paris. 509p.

Durand-Delga M. (1969)- Mise au point sur la structure du Nord-est de la Bérbérie.

Bulletin du Service Géologie d’Algérie, n°39, pp.89-11.

Fondasoil (2010) -Etude géotechnique, POS Skikda 2eme TR. Code n°6/FOND/2010. Joleaud L. (1914) -Feuille au 50000eme Philippeville.

Lemoy C. (1969) - Contribution à l’étude géologique du massif de Filfila (Algérie nord orientale) : stratigraphie des unités allochtones : structure et métamorphisme du massif.

Thése 3eme cycle, nancy. 96p

Mahjoub Y. (1991), Cinématique des déformations et évolution P,T anté-alpines et alpines en petite Kabylie (Algérie Nord-oriontale). Un model d’evolution du domaine tellien interne. These és sciences, Alger, 196p

Nemmour D. (1993), Cinématique des déformations du massif oriontal de la petite kabylie. Magister.Alger.135p.

Perrin C. (1969) - Contribution à l’étude géologique du massif de Filfila (Algérie nord oriontale) : Stratigraphie et sédimentologie de la série mésozoique de l’unité inférieure. thèse 3eme cycle , Nancy.102p.

Raoult J.F. (1974) - Géologie du centre de la chaine numidique (Nord du constantinois, Algérie).

Vila J.M. (1980) – La chaine alpine d’Algérie orientale et des confins Algéro-tunisiens. Thèse d’état, Paris. 665p.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Direction des Publications et de l'animation scientifique

Université des Frères Mentouri  Constantine 1. Route Ain El-Bey. 25000. Algérie.