Quelles alternatives en matière de développement urbain en zones côtières? Le cas de l’espace côtier Jijel – El Aouana.

Saïd Safri, Belkacem Labii

Résumé


Le présent article s'intéresse à la question des alternatives en matière de développement urbain en zones côtières, le cas de l’espace côtier reliant Jijel à El Aouana. Ces dernières, à l’instar de beaucoup de villes petites et moyennes au sein de la Méditerranée, et bien qu’elles recèlent certaines potentialités naturelles, paysagères, culturelles et autres, sont néanmoins caractérisées par leurs fragilités multiples. Pour éluder toute situation indésirable et irréversible, il s’avère indispensable de maitriser leur développement urbain et de rechercher les conditions et modalités à réunir pour faire émerger des formes urbaines valorisantes des espaces et paysages côtiers.

La démarche de projet, l’approche paysagère et la biodiversité urbaine, thèmes récurrents appelés actuellement à la rescousse d’un aménagement et d’un urbanisme en manque de vision, constituent les alternatives explorées.


Mots-clés


Villes côtières ; Jijel et El Aouana ; démarche de projet ; approche paysagère ; biodiversité urbaine ; alternatives

Texte intégral :

PDF

Références


COTE M. (1997); « Algérie ; Métropoles et petites villes : des formes nouvelles de territorialisation » ; In, Repères n° 03, pp. 207 et 208. Selon l’auteur, la taille des villes moyennes est de 40.000 à 200.000 habitants, alors que les petites comptent 5.000 à 40.000 habitants.

RGPH (2008) ; « Monographie de la wilaya de Jijel, édition 2010 ».

Recueillis auprès des services de la wilaya de Jijel (Direction des services agricoles, Conservation des forêts et Direction du tourisme), juin 2014.

Source : la Direction de la programmation et du suivi du budget (ex-DPAT) de la wilaya de Jijel, juin 2014.

RONCAYOLO M. (2005); « La ville et ses territoires » ; Collection Folio / Essais ; Editions Gallimard, Paris (édition complétée en 1990 et revue en 1997), p. 251. Ce phénomène de « (re) conquête » est décrit par l’auteur dans l’encadré 6, intitulé « La reconquête des ports : urbanisme ou stratégie économique ? ».

FABRIZIO E. (2012) ; «Trop petite pour résister : la disparition de la Méditerranée comme idée culturelle et environnementale » intervention à l’occasion de la RIPAM 4 (La Quatrième Rencontre Internationale sur le Patrimoine Architectural Méditerranéen) de Msila, les 10, 11 et 12 Avril. Fichier PPT. Géographe politique, l’auteur, dans son intervention revient sur ce nouveau et puissant facteur intervenu dans les quatre dernières décennies « … Ce que David Harvey a dénommé la “compression spatio-temporelle” (Harvey 1997, p.295)… Elle a provoqué de profondes modifications des facteurs orientant les dynamiques environnementales ainsi que les relations humaines ».

BENOIT G. et COMEAU A. (2005) ; « Méditerranée ; Les perspectives du Plan Bleu sur l’environnement et le développement » ; Editions de l’Aube et Plan Bleu. Document PDF consulté sur www.planbleu.org/. Le Plan Bleu est un des centres d’activités régionales du Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM) du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le rapport sur l’environnement et le développement lui a été demandé par l’ensemble des pays riverains et la Communauté européenne.

UNESCO, (1999) ; Actes du séminaire international « Développement urbain durable en zone côtière» ; Mahdia, Tunisie, 21-24 juin. Document PDF consulté sur www.unesco.org/. En plus du Plan Bleu sus indiqué, il a été mis en œuvre par l’UNESCO des programmes en faveur des petites et moyennes villes côtières dont : le projet intersectoriel «Développement urbain et ressources en eau : Petites Villes Côtières Historiques » (1996) ainsi que la Plate-forme CSI (Coastal Regions and Small Islands – Régions côtières et petites îles).

Loi n° 02-02 du 05 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du littoral (Algérie). Document PDF consulté sur www.joradp.dz/

GARCEZ C. (sous la direction de) (2009); « Le littoral en projets » ; Réalisé par le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer ; Collection Grands Territoires ; Editions Parenthèses, Marseille, pp. 9-15.

Représenté par le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat.

La Convention européenne du paysage a pour objet de promouvoir la protection, la gestion et l'aménagement des paysages européens et d'organiser la coopération européenne dans ce domaine. Adoptée par le Conseil d’Europe le 20 octobre 2000 à Florence (Italie), elle est entrée en vigueur le 1er mars 2004 et a été adoptée par la France en 2006. Document PDF consulté sur http://www.ecologie.gouv.fr/

LAGIER A. ; « Trois apports de la Convention de Florence ». Document PDF consulté, juin 2014, sur www.mairieconseilspaysage.net/

C’est à partir du début de ce millénaire qu’il a été promulgué un ensemble de textes intégrant des objectifs de développement durable, touchant à l’aménagement comme à la protection de l’environnement (voir tableau comparatif inséré au-dessus).

Dans le texte de la loi Littoral, le terme « paysager » est cité à deux reprises uniquement sans s’y attarder : primo, à l’article 4, en définissant les principes fondamentaux de la loi et secundo, à l’article 7, en définissant le littoral.

En matière d’occupation et d’utilisation des sols littoraux, il y a uniquement deux textes d’application : le décret exécutif n° 06-351 du 5 octobre 2006 fixant les conditions de réalisation des voies carrossables nouvelles parallèles au rivage et le décret exécutif n° 07-206 du 30 juin 2007 fixant les conditions et les modalités de construction et d’occupation du sol sur la bande littorale, de l’occupation des parties naturelles bordant les plages et de l’extension de la zone objet de non-aedificandi. Documents PDF consultés sur www.joradp.dz/

Les retards en matière d’études, couvrant le littoral, touchent aussi les plans d’aménagement côtier (PAC), dont le Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement assure la maitrise d’ouvrage.

Loi du 08 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages – dite loi Paysage - et loi du 04 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral – dite loi Littoral. Documents PDF consultés sur http://www.legifrance.gouv.fr/

GIRARDIN P. (sous la direction de) (2001) ; « Paysage et aménagement urbain ; Note de synthèse & bibliographie raisonnée », réalisée par l’Atelier Pierre Girardin, Aménagement et Nature, p. 59. Document PDF consulté sur www.mairieconseilspaysage.net/

ADAR (Association pour le Développement Agricole et Rural, La Chatre) ; « Des ressources méthodologiques pour appréhender le paysage », p. 4. Document PDF consulté, juin 2014, sur www.adar-civam.fr/

GIRARDIN P. (sous la direction de) (2001) ; Op. cit. p. 61.

STREMLOW M. (2008) ; « La notion de ‘’paysage’’ selon l’OFEV » ; Réalisé par l’Office Fédéral de l’Environnement, Confédération Suisse), p. 2. Document PDF consulté sur www.bafu.admin.ch/. C’est ainsi que l’OFEV définit l’essence ou les composantes d’un paysage : « à l’intersection entre nature et culture, les paysages sont une combinaison d’éléments biotiques, abiotiques et anthropiques, telle qu’un individu la perçoit ».

A titre d’illustration, « URBIO (pour Urban biodiversité and Design) est un réseau scientifique mondial, ouvert, consacré à la biodiversité urbaine. Il a été créé à la suite de Curitiba (Brésil, Mars 2007) lors d'une réunion internationale sur le thème « villes et biodiversité ». www.wikipedia.fr/

DAVID A. (2011) ; « La multifonctionnalité des trames verte et bleue en zones urbaines et périurbaines ; synthèse bibliographique », p. 10. Document PDF consulté sur www.iau-idf.fr/. Définition donnée par la Convention de la Diversité Biologique (CDB), à l’occasion du sommet de la Terre (Rio 1992) aussi « le terme biodiversité, contraction de diversité biologique, inventé en 1985, a été introduit en 1988 dans la littérature scientifique par le biologiste américain Edward Oswald Wilson ».

LOÏS G. (animateur expert) (2010) ; Synthèse de la 1ère réunion (17 mars 2010) relative à l’Atelier professionnel « Gestion de la biodiversité à l’échelle d’une métropole », Groupe « Fonctions écologiques de la biodiversité urbaine, cohabitation biodiversité et ville » ; Pour le compte de la Mairie de Paris dans le cadre du Plan de préservation et de renforcement de la biodiversité à Paris, p. 3. Document PDF consulté sur www.paris.fr/

«Le Grenelle Environnement (souvent appelé Grenelle de l'environnement) est un ensemble de rencontres politiques organisées en France en septembre et décembre 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable, en particulier pour restaurer la biodiversité par la mise en place d'une trame verte et bleue et de schémas régionaux de cohérence écologique, tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant l'efficience énergétique ». www.wikipedia.fr/

DA CUNHA A. (2009) ; « La ville entre artifice et nature ; Introduction : urbanisme végétal et agriurbanisme » ; In, Urbia (Les Cahiers du développement urbain durable) n° 08, juin 2009, p. 3. Document PDF consulté sur www.unil.ch/

CORMIER L. et CARCAUD N. (2009) ; « Les trames vertes : discours et/ou matérialité, quelles réalités ? ». Article publié dans Projets de paysage le 26/06/2009, consulté sur www.projetsdepaysage.fr/

SIDI BOUMEDINE R. (sous la direction de) (2013) ; « L’urbanisme en Algérie ; Echec des instruments ou instruments de l’échec ? » ; Editions Les alternatives urbaines, Alger, p. 183. G. LARIBI, dans ce même ouvrage participe à la « troisième partie : de nouvelles pratiques sont-elles possibles ? » avec une réflexion intitulée « Agriculture urbaine : nouveau rapport ville campagne, nouvelle relation à la nature » définit l’agriurbanisme comme étant : « Ces espaces agricoles périurbains sont appréhendés comme partie intégrante de la ville diffuse. L’agriculture est ainsi comme la caractéristique territoriale qu’il s’agit de préserver et de renforcer, elle motive et structure les implantations urbaines qui se font sur ses franges ».

«Trame verte et bleue française ». www.wikipedia.fr/

LAUGIER R. (2010) ; « Trame verte et bleue ; Synthèse documentaire pour le compte du Centre de Ressources Documentaires Aménagement Logement Nature (CRDALN), p. 3. Document PDF consulté sur www.cdu.urbanisme.developpement-durable.gouv.fr/. Selon l’auteur, « La composante verte comprend : des espaces naturels importants, les corridors écologiques (espaces naturels ou semi-naturels, formations végétales linéaires ou ponctuelles) permettant de relier ces espaces… La composante bleue comprend : les cours d’eau, des parties de cours d’eau ou canaux, tout ou partie des zones humides… ».

«L'IALE (association internationale d'écologie du paysage) la définit comme l'étude de la variation spatiale dans les paysages à différentes échelles, incluant les causes biophysiques et sociales et les conséquences de l'hétérogénéité écopaysagère, ce qui en fait une branche nécessairement interdisciplinaire des sciences ». www.wikipedia.fr/

TATONI T. (2010) ; «Les communautés et la trame verte et bleue ; La trame verte et bleue dans les territoires : enjeux et perspectives ; Apports de l’écologie du paysage à la notion de TVB », participation à la synthèse de la journée du 26 mai 2010, p. 11. Document PDF consulté sur www.adcf.org/

CLERGEAU P. (2013) ; « L’interdisciplinarité indispensable à une approche du système ville », intervention au colloque biennal des « Zones Ateliers », du 12 et 13 décembre 2013, Paris, p. 10. Document PDF consulté sur www.cnrs.fr/

SALAT S. (2011) (avec la collaboration de LABBE F. et NOWACKI C.) ; « Les villes et les formes ; Sur l’urbanisme durable » ; Réalisé par le Laboratoire des Morphologies Urbaines du CSTB ; Editions Hermann, Paris, p. 510.

ROGERS R. et GUMUCHDJIAN P. (2000) ; « Des villes pour une petite planète » ; Editions du Moniteur, Paris, p. 209.

DA CUNHA A. (2009) ; Op. cit. pp. 3 et 4.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Direction des Publications et de l'animation scientifique

Université des Frères Mentouri  Constantine 1. Route Ain El-Bey. 25000. Algérie.