LE PUBLIC POTENTIEL ADHERENT A L’ACTION CULTURELLE, ARTISTIQUE ET DE LOISIRS : CAS DE LA CITE DU 20 AOUT 1955 A CONSTANTINE.

M Amirèche

Résumé


L’adhésion à l’action culturelle et artistique et de loisir, n’est qu’un signe d’une modalité plus large de relation aux valeurs et aux produits de la société, à savoir ; les évènements culturelles et artistiques, de la part de toute une catégorie de la population. Adhérer à cette action, c’est être situé, être reconnu, se faire reconnaitre socialement plus qu’individuellement, à travers un acte qui signifie un engagement à participer.

L’action culturelle et artistique n’est que le signe, le symbole, le label autour duquel se regroupe localement un public attaché au spectacle varié (théâtre, musique, ballet…), qui n’est public de ces activités culturelles et artistiques que parce que leur pratique fait partie du mode de vie d’une catégorie sociale qui présente une homogénéité sur d’autres plans, que sur celui de la seule fréquentation des lieux de spectacles (en salle mais aussi en espaces urbains).

Cet article porte sur la population d’un grand ensemble d’habitations de 6800 habitants situé dans la zone périphérique Ouest de la ville de Constantine ; la Cité du 20 Aout 1955.

Notre souci principal était de connaitre, d’une part ; le public potentiel adhérent à l’action culturelle, artistique et de loisirs, et le public non-adhérent, (leurs caractéristiques, leurs préférences, leurs comportements, ainsi que le décalage pouvant exister entre le niveau des représentations et celui des comportements), d’autre part ; les besoins exprimés en matière d’équipements culturels, et enfin, les obstacles (techniques et géographiques) à la fréquentation des lieux de spectacles. Notre objectif principal est de pouvoir éventuellement atteindre le public-population habitant cette Cité par des actions de sensibilisation.


Mots-clés


adhérent ; adhésion ; action culturelle ; action artistique ; loisirs ; spectacle ; espaces publics urbains ; sensibilisation

Texte intégral :

PDF

Références


AUGOYARD J-F (2000). « L’action artistique dans l’espace urbain ». Cultures en ville ou de l’art et du citadin. La tour d’aigues : Edition de l’aube, pp. 17-32.

BOUTEFNOUCHET, M. (1982). La culture en Algérie, Mythe et Réalité. Alger: SNED.

CHAUDOIR P. et S. Ostrowetski. (1996). « L’espace festif et son public ; L’intervention culturelle en espace public en villes nouvelles et villes moyennes » les annales de la recherche urbaine. n°70, (« Lieux culturels »), pp. 79-88.

CRAMESNIL J. (1994). « Le rapport au public à Viva-cité : entre fête collective et liberté individuelle ». Rues de l’université. Centre de recherche sur le théâtre de rue, n°2, pp. 12-15.

DONNAT O. et P. Tolila. (2003). Le(s) public(s) de la culture. Paris : presse de sciences Po, 390 (tome 1) + CD-ROM p.

GONON A. (2001). Qu’est-ce que le théâtre de rue ? De la définition du genre artistique "théâtre de rue". Mémoire de fin d’études. Institut d’Etudes de Lyon Université Lumière Lyon 2, 97 p.

GUY J-M. (2001). « Public ou spectateurs ? » C. Raynaud de Lage. Intérieur rue. Dix ans de théâtre de rue pp. 148-149.

JOSHEPH I. (2003). « La notion du public : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman ». Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques. Paris : PUF, CURRAP, CEMS EHESS, pp. pp. 329-346.

METTAY N. (2002). La commune, vecteur d’émergence de nouvelles formes artistiques. L’exemple des arts de La rue. DESS, Développement culturel et direction de projet. Lyon : Université de Lyon 2 / ARSEC, 74 p.

Notes et références :

Informations recueillies auprès de l’antenne OPGI, située dans la Cité du 20 Aout 55.

DUMAZEDIER, J. (1959). Réalités du loisir et idéologies. Paris.

Le questionnaire comportait des questions sur la périodicité de l’accomplissement des activités mais aussi sur la date et le lieu où s’était déroulée telle ou telle occupation ainsi que la qualité des personnes qui les accompagnaient.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Direction des Publications et de l'animation scientifique

Université des Frères Mentouri  Constantine 1. Route Ain El-Bey. 25000. Algérie.