L’IMPACT DES FORMES URBAINES NOUVELLES SUR LE MICROCLIMAT D’UNE VILLE APPARTENANT AU MILIEU ARIDE – CAS DE LA ZHUN OUEST A BISKRA –

A. MAHIMOUD, M.S. ZEROUALA

Résumé


Les villes sahariennes ont connu au cours des dernières décennies un rythme d'urbanisation plus fort que celui des territoires du Nord, avec aujourd'hui des taux supérieurs aux leurs. Pour les dix wilaya sahariennes, le taux d’urbanisation au recensement de 1988, s'élève à 65 % contre 55 % pour le Nord du pays. Cette urbanisation a historiquement une genèse originale liée essentiellement aux, relais caravaniers. Elle dispose d'une mémoire, à travers les établissements humains sahariens (Ksour) qui se dispersent dans un milieu connu par son hostilité. Mais la dynamique actuelle, très vive, aboutit à une urbanisation peu contrôlée, puisant ses modèles dans ceux du Nord du pays, répétant les mêmes techniques et les mêmes formes urbaines (ZHUN), aussi peu soucieuse de l'environnement climatique que des héritages culturels. En fait, il s’agit d’une urbanisation au Sahara plus qu'une urbanisation saharienne. La ville de Biskra n’a pas échappé à la règle. A cause de son explosion démographique, Biskra ne pouvait contrôler son environnement bâti. Cette croissance urbaine a engendré des extensions urbaines sous forme de lotissements et de grands ensembles (ZHUN). Ces derniers issus de la pensée « fonctionnalistes » semblent être à l’origine de nombreux dysfonctionnements que connaissent les établissements humains sahariens en particulier en termes de climat.L'objectif du présent article tend à évaluer l’impact de ces formes nouvelles urbaines (ZHUN) sur le microclimat d’une ville appartenant au milieu aride en l’occurrence la ville de Biskra, tout en ayant la prétention de poser des jalons pour une forme urbaine mieux adaptée à l'environnement et à la culture de cette aire. Pour ce faire, cette recherche se base sur une étude comparative entre deux formes urbaines distinctes : l’une vernaculaire et l’autre contemporaine, appartenant à une région aride à climat chaud (Biskra). L’outil d’investigation utilisé est la méthode expérimentale, consistant en une acquisition de données par des compagnes de mesure « in situ ».


Mots-clés


Urbanisation ; formes contemporaines (ZHUN) ; formes vernaculaires ; milieu aride ; Biskra

Texte intégral :

PDF

Références


- ONS, Office National de Statistique, 1998

- Troche J.P., « Pourquoi, Ou Et Comment L’information Climat Intervient-Elle Dans La Pratique Des Urbanistes», Physio- Géo, N°16, (1986), CNRS.U.A. Meudon, pp.17-24.

- Bairoch. P., « De Jéricho à Mexico », Gallimard, Paris, (1985).

- Courtillot, G. P., « Croissance urbaine de Biskra », In AMC, n°48, Paris (1979), p 28

- Benyoucef. B, « Pour une modernité consciente de la ville » Séminaire international, Biskra, Novembre 1999, p. 31.

- Ministère de l'Equipement et de l'Aménagement du territoire, « Les villes du Sud dans la vision du développement

durable », A.T, Ain Ouessara, (1998)

- Alkama D., « Analyses Typologiques De L'habitat, cas de Biskra », Thèse de Magister, Département d’Architecture, Université de Biskra, (1995).

- Hamel K., « la ville compacte, une forme urbaine d'une ville durable en régions arides, Etude du cas de la ville de Biskra », Mémoire de magistère. Département d'Architecture, Université de Biskra, Mai 2005.

- Kitous et al, « Pour une urbanisation climatique des villes : cas de la vallée du M’zab » Séminaire international, Ghardaïa, 09, 10, 11, 12 Décembre 2006, pp 128 – 173.

- Arnfield A.J., « Street design and urban canyon solar access », Energy and Buildings, N° 14 (1990), pp. 117 – 131.

- Boudjellal L., « Rôle de l’oasis dans la création de l’ilôt de fraicheur dans les zones chaudes et arides – cas de l’oasis de

Chetma , Biskra » Université Mentouri, (2009), p 133.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Direction des Publications et de l'animation scientifique

Université des Frères Mentouri  Constantine 1. Route Ain El-Bey. 25000. Algérie.