MONNAIES DES VILLES AUTONOMES DANS L’ALGERIE ANTIQUE

Ouafia NESSIGHAOUI

Résumé


La destruction de la ville de Carthage par les Romains en 146 av.J.-C à mit fin à la domination carthaginoise sur son territoire dans le Maghreb antique et dans la méditerranée.

Aussi , l’année 146 av.J.-C à marqué une nouvelle ère d’indépendance pour les colonies carthaginoises y compris celle éparpillées sur le sol de l’Algérie actuelle et le meilleur moyen de le confirmer  c’était d’émettre des pièces de monnaies.

Les études numismatiques ont démontrée que nombres de villes autonomes situées dans l’Algérie actuelles ont pu émettre des pièces de monnaies  dés les années 140-130 av.J.-C. on peut citer parmi elles :Hippone (Annaba) ; Cirta (Constantine) Rusicade (Skikda) Icosium (Alger) .et grâce à ces monnaies elles ont pu exprimer leur identité politique religieuse et économique.


Mots-clés


Monnaies ; Numismatique ; Afrique du Nord ; Algérie antique ; Carthage ; colonies de Carthage

Texte intégral :

PDF

Références


(1)- L’espace dans lequel se situent les villes qui avaient émis des monnaies, comprend la Tunisie actuelle, l’Algérie et le Maroc.

(2)- MULLER (L.), Numismatique de l’ancienne Afrique, Copenhague, 1860-1874.

(3)- JENKINS (G.K.), SNG, North Africa, Copenhague, 1969.

(4)- CHARRIER (L.), Description des monnaies de la Numidie et de la Maurétanie, Mâcon, 1912.

(5)- MAZARD (J.), Corpus Nummorum Numidiae Mauretaniaeque, Paris, 1955.

(6)- Macomada se trouve mentionnée dans l’Itinéraire d’Antonin, sur la route principale conduisant de Cirta à la petite Syrte, entre les villes de Sigus et de Théveste, sans doute sur l’emplacement qui occupe actuellement les ruines de Henchir el Mergueb. Les pièces de monnaies attribuées à cette cité constituent le seule témoin de son passé préromain. Voir:

MAZARD (J.), op-cit., p.153

(7)- A quelques distance de l’actuelle Gouraya, à une distance de 33 Km à l’Ouest de Cherchell, se trouvent les ruines de la ville de Gunugu. Voir:

- Ibid, p.172

(8)- La cité de Timici devait se situer dans la région montagneuse du Dahra, aux environs du village de Paul-Robert, peut-être au lieu dit Sidi Bou Chaîb. Voir:

-Ibid., p.175.

(9)- L’existence de la ville de Camarata est affirmée dans l’Itinéraire d’Antonin. Elle doit se situer dans les ruines de Sidi Djelloul, à l’embouchure de l’oued Razer. Voir:

- Ibid., p.173

(10)- Située près de l’embouchure du fleuve de la Tafna, protégée par l’îlot de Rachgoun. Voir:

- Ibid., p.175.

(11)- D’après la coutume numismatique, le classement des monnaies numido-maurétaniennes doit respecter les divisions administratives romaines: la Numidie, la Maurétanie Césarienne et la Maurétanie Tingitane. D’après les dernières études, c’est le classement idéal. Voir:

-ALEXANDROPOULOS (J.), Contribution à la définition des domaines monétaires numides et maurétaniens, in Numismatique punique, Lowvain-La-Neuve, 1992, p.147

(12)- MAZARD (J.), Création et diffusion des types monétaires maurétaniens, BAM., T.IV, 1960, p.116.

(13)- COLTELLONI-TRANNOY (M.), Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée (25 av.J.-C.-40 ap.J-C.), CNRS éditions, 1997, pp. 105-109

(14)- MARION (J.), Les monnaies de Shemesh et des villes autonomes de Maurétanie Tingitane au Musée Louis Chatelin à Rabat, Ant-Afr, T.6, 1972, p.59.

(15)- BERTHIER (A.), La Numidie, Rome et le Maghreb, Paris, ed. Picard, 1981, pp.189-194.

(16)- JENKINS (J.), op-cit., n° 679-691.

(17)- SALAMA (P.), et GERIN (D.), Monnaies puniques d’Ikosim: Un trésor mixte du II ème siècle av.J.-C. trouvé en 1941 à Alger, Actes du VIIe colloque du 121 ème congrès des sociétés historiques et scientifiques, ed. Serge Lancel, Paris, 1999. p.44

(18)- MAZARD (J.), Création et diffusion..., op-cit., p.109.

(19)- ALEXANDROPOULOS (J.), op-cit., p.146.

(20)- Ibid., p.142

(21)- MAZARD (J.), CNNM, op-cit., p.149.

(22)- CAMPS (G.), Aux origines de la Bérbérie: Massinissa ou les débuts de l’histoire, Libyca (Arch.Ep.), T.8, 1960, p.260.

(23)- MAZARD (J.), CNNM, op-cit., n°: 524,525,526.

(24)- Ibid., n°: 517-518-519.

(25)- Ibid., n°: 563; Alexandropoulos (J.), op-cit., p.143

(26)- Ibid., p.145; Berthier (A.), op-cit., p.191

(27)-MAZARD (J.), CNNM, n°: 546,547,548,549,551,552,554,555,556,557,558.

(28)- GERIN (D.), op-cit., p.43.

(29)- On veut dire par « orientales », la région située à l’Est d’Iol-Césarée, sous entendu Carthage et ses colonies orientales.

(30)- ALEXANDROPOULOS (J.), op-cit., p.141.

(31)- MAZARD (J.), Création et diffusion..., op-cit., 113

(32)- MAZARD (J.), CNNM, op-cit., n°, 517,519.

(33)- MARION (J.), op-cit., p.66.

(34)- MAZARD (J.), CNNM, op-cit., n°: 520, 521,522.

(35)- ALEXANDROPOULOS (J.), op-cit., p.141

(36)- BLANCHET (A.), Observations sur les monnaies trouvées dans le quartier de la marine d’Alger, CRAI, 1941, p.275.

(37)- GERIN (D.), op-cit., p.44.

(38)- MARION (J.), op-cit., p.66.

(39)- BERTHIER (A.), op-cit., p.191.

(40)-Le nom d’Ikosim était en punique, ainsi sue le nom de Rusicada, ce qui a permit de déduire l’ancienneté de l’émission de leurs pièces. Voir:

- CANTINEAU (MM.) et LESCHI, Monnaies punique d’Alger, CRAI, 1941, pp.263-272.

(41)- MAZARD(J.), CNNM, op-cit, p.73

(42)- ALEXANDROPOULOS (J.), op-cit., p.147.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Direction des Publications et de l'animation scientifique

Université des Frères Mentouri Constantine 1. Route Ain El-Bey. 25000. Algérie.